Historique et symbolique de l'ikebana

Historique de l'ikebana

paysage-ancien.jpg

« L’ikebana, l’un des arts traditionnels du Japon, se pratique depuis plus de 600 ans.
Il tire son origine des premières offrandes de fleurs aux morts dans les rites bouddhiques. Vers le milieu du XVe siècle, avec l’apparition des premiers styles classiques, l’ikebana obtint son statut d’art à part entière indépendamment de ses origines religieuses.

Il n’en reste toujours pas moins chargé de nuances symboliques et philosophiques. Les maîtres et leurs élèves se recrutaient alors dans la noblesse et le clergé, mais peu à peu de nombreuses écoles sont apparues, les styles ont évolué et l’ikebana s’est pratiqué dans tous les niveaux de la société japonaise.

Les différentes formes d’ikebana partagent un certain nombre de constantes, quelles que soient la période et les écoles. Tout matériel végétal peut être utilisé : branches, feuilles, herbes, mousses, fruits… Les feuilles mortes ou les bourgeons ont autant de valeur que les fleurs épanouies. Une oeuvre ikebana peut être composée d’un seul ou plusieurs matériaux, mais la sélection de chaque élément requiert un œil averti et leur arrangement un savoir faire raffiné. Il s’agit de créer une beauté qui n’existe pas dans la nature.

Ce qui distingue l’ikebana d’une simple décoration, c’est sa forme asymétrique et l’utilisation de l’espace vide, comme donnée essentielle de la composition. Autre donnée importante, l’harmonie entre les végétaux utilisés, le vase et l’emplacement. On retrouve toutes ces caractéristiques dans d’autres formes d’esthétique japonaise à savoir, la peinture traditionnelle, l’art des jardins, l’architecture ou le design.

 

ikebana-estampe-1.jpg ikebana10-1.jpg estampe-1.jpg

L'Ecole Ohara


Unshin Ohara a fondé l’école qui porte son nom à la fin du XIXe, au moment où le Japon s’ouvrait à l’Occident. Il a créé le style moribana, lequel débouchera plus tard sur l’arrangement paysage.

C’est aussi lui qui dessinait et produisait les larges vases peu profonds qui conviennent parfaitement au style moribana. »
(Extrait de la plaquette de présentation de l’École Ohara)

                                                                                                 

 

                                                                                                                   

Des bouquets symboliques

L’Ikebana a subi au fil des siècles une évolution donnant naissance à des styles variés et à des formes de plus en plus créatives. Fondé sur des données comme l’asymétrie et le vide, l’équilibre harmonieux entre les matériaux et le contenant, l’arrangement floral est devenu une des expressions les plus raffinées de l’esthétique japonaise.

 

L’Asymétrie, c’est « l’imparfait », le « non fini », le « vivant », quelque chose qui favorise l’implication du spectateur, l’invitant à la méditation ou à la rêverie et qui est capable de traduire la vérité de la nature. L’espace vide fait ressortir la grâce de chaque élément.

Ces compositions simples et raffinées invitent à percevoir le passage du temps le secret des saisons, la beauté éphémère

 

ENTRER EN IKEBANA, c’est accéder au cosmos par la présence de 3 éléments fondamentaux et symbolique pour la construction d’un arrangement japonais

 

LE CIEL

LA TERRE

L’HOMME

Grâce à l'ikebana :

  • Un autre regard sur la nature s'opère car notre vision s'affûte au fil des saisons ;
  • Notre sens artistique s'affine, le but étant de sublimer les végétaux, nous composons avec goût et raffinement.
  • Bouquet ephémère, nous allons à l'essentiel par l'utilisation réduite du nombre de végétaux et le juste montage qui donnera un résultat naturel, évident.
  • Enfin, réaliser un ikebana nous accorde une pause, un moment de détente et de lâcher prise à notre quotidien